Plouvien, juin 2016




Bootstrap Slider

Sortie de la Société Archéologique du Finistère du 26 juin 2016 sous la présidence de M. Patrick Galliou, organisée par M. Yvon Autret, membre de la Société archéologique du Finistère.

Cette sortie intitulée "Sur les pas de Tanguy Malmanche" nous a fait visiter des lieux que le dramaturge aimait fréquenter pendant sa jeunesse.

Tanguy Malmanche est né à Saint-Omer (Pas-de-Calais) en 1875. Quelques années plus tard, sa famille s'est installée à Brest. Elle possédait le manoir du Rest à Locmaria-Lann en Plabennec, et y venait régulièrement. C'est là que Tanguy Malmanche s'est imprégné de l'âme bretonne, en passant des heures au moulin du Rest, en compagnie de Mona Rous qui ne connaissait que le breton. Tanguy Malmanche disait d’elle : "Qu‘elle fût occupée aux pires besognes domestiques, ou sur le point d’aller au lit, elle m’accueillait avec le même sourire, et se mettait, avec une égale bonne grâce, à la disposition de son tyran. Elle avait un répertoire inépuisable d’histoires et de discours. C’est par elle que j’ai connu les gens de sa race, leur philosophie candide et profonde. Par elle, j’ai touché du doigt le coeur des hommes et l’âme des jeunes filles. Marie ROUS n’est plus, mais je vais encore souvent causer avec elle, et je n’ai plus le remords de l’avoir dérangée !". Les chapelles qui entourent le manoir du Rest sont un autre élément important dans la vie de Tanguy Malmanche. Il les lui fallait pour lui tout seul et aimait y passer du temps. C'est sans doute là qu'ont germé les contes et les pièces de théâtre qu'il écrira plus tard. C'est dans ce cadre que nous avons effectué cette sortie, en rappelant à chaque étape quelques éléments de la vie et de l'oeuvre de l'un des plus grands écrivains bretons.

Il a renouvelé le théâtre en langue bretonne en écrivant sept pièces de théâtre en langue bretonne : Gurvan, le Chevalier étranger, Les Païens, La Vie de Salaün qu'ils nommèrent le fou, Le Conte de l'âme qui a faim, La veuve Arzhur, La femme du couvreur, L'Antéchrist. Ces oeuvres d'une extraordinaire intensité ont été complétées par une série de contes tout aussi incisifs, notamment La Tour de Plomb, Kou le Corbeau, La Monstre de Landouzan, Suzanne Le Prestre.

La matinée a commencé par une présentation de Tanguy Malmanche à la chapelle Saint Jean de Plouvien. Nous avons ensuite été accueillis au manoir du Rest en Plabennec par monsieur et madame de Coatpont, propriétaires actuels. C'est là que résidait Tanguy Malmanche. Ecrite en 1900, la pièce le "Conte de l'âme qui a faim" a été jouée devant le manoir le jour de la Toussaint 1901. Dans les rôles principaux il y avait Tanguy Malmanche (Jean Marec), Marie Rous (La Mère) et Urien Coant (L’Ankou). A proximité, devant la chapelle de Locmaria-Lann, madame Kermoal a présenté l'oeuvre littéraire de l'écrivain.

L'après-midi, madame Simier, présidente de l'association Mignoned Landouzen, nous a accueillis et fait visiter la chapelle de Landouzen au Drennec. Elle sert de cadre au conte "La Monstre de Landouzan", publié en 1946. Nous avons ensuite pris le chemin de la chapelle Saint-Jean de Plouvien où nous attendait monsieur Bodenez, président de l'association Sant Yann. Le conte "Kou le corbeau" commence par une allusion à la fontaine : "Voici ce que me conta cette tête de mort : vous savez bien, la tête au crâne bas et rétréci, dans laquelle logeait une toute petite grenouille. C'est Kou que je m'appelle. Un nom de père, je n'en ai pas. Je sais bien que certains m'ont nommé Kou le Corbeau; mais cela, ce n'est pas un surnom que j'ai eu en naissant; c'est un sobriquet... "

Nous avons terminé la journée à Lesquelen en Plabennec avec une présentation de la chapelle ruinée et du site médiéval par monsieur Fanch Coant.